Warning: array_shift() expects parameter 1 to be array, boolean given in /diocesedeseez.cef.fr/diocseez/config/ecran_securite.php on line 226 Rameau d'Olivier, nouvel an - Diocèse de Séez

une méditation sur le sens de la bénédiction....

Nouvel An 1 er Janvier 2006
 
VOEUX et BENEDICTION.
 
 Au premier jour de l’année, nous aimerions pouvoir partager un programme pour cet avenir ouvert devant nous. Mais il est si divers et varié pour les personnes que nous aimons et que nous désirons aider ou du moins encourager ! Pourtant, au cœur de tous les vœux possibles, c’est à celui de la joie et du bonheur que nous pensons d’abord.
 
 Eh bien, nous avons déjà commencé de le faire ce premier matin, ce premier dimanche, par le geste solennel qui commence et qui termine chaque eucharistie : le geste solennel de la bénédiction ...
 C’est d’une immense bénédiction que nous nous enveloppons en nous signant nous-mêmes du signe de la Croix ... et nous la partageons ensemble en faisant en même temps ce geste les uns et les autres.
Et c’est ce geste que viennent de nous expliquer les trois lectures que nous venons d’écouter .
 Déjà, dans l’Ancien Testament, les prêtres du Temple bénissaient ainsi les fils d’Israël : « Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage. Qu’il se penche vers toi ! Qu’il t’apporte la paix !
Et plus tard, Saint Paul le redira aux premier chrétiens : « L’Esprit de son Fils est dans nos cœurs : et il crie vers le Père en l’appelant : Abba ... Papa !
 Et cet évangile tout simple de Saint Luc nous fait rejoindre les propos des bergers au retour de la crèche et le souvenir émerveillé que Marie en conserve dans son cœur.
 
 Voilà ce à quoi nous sommes invités nous-mêmes : partager cette bénédiction en échangeant nos propres vœux et leur rendre leur plénitude de valeur., Ecoutons ensemble le P. Besnard, un dominicain , grand spirituel de notre temps nous inviter à laisser rebondir en nous et entre nous ce trésor qui s’appelle la « Bénédiction. » :
 
" Ce trésor du cœur qu’il faudrait cultiver avec passion : le goût, la force, la joie de promouvoir une véritable bénédiction. La Bénédiction est un je ne sais quoi qui traverse toute la Bible de part en part, de la première à la dernière page. C’est le trésor de tout être vivant, même le plus démuni, le plus pauvre, quelque chose dont on s’aperçoit vite que la plupart de nos contemporains ont perdu non seulement la saveur, mais même l’idée.
 "Toute bénédiction a sa racine dans la joie créatrice du Dieu vivant. Quand Dieu crée l’univers, il dote chaque être de sa vitalité propre, et il s’exclame : Voilà qui est bon, voilà qui est très bon ! Et il imprime en chaque être la vibration joyeuse qui en fait un être unique, un timbre indispensable à la polyphonie de l’univers.
 "Sur l’humanité, son geste créateur ne cesse de proclamer : Soyez des vivants, soyez à mon image, des êtres de communion et de fécondité. Cette bénédiction fondamentale a été inscrite dans les gènes de nos cellules. Que de fois contrecarrée, empoisonnée, obscurcie ; mais aussi que de fois redécouverte, re-pressentie par ceux qui en sentaient le retentissement dans tout leur être sans en connaître l’origine.
 "Quiconque entend palpiter dans ses veines le OUI à la vie, c’est qu’il se souvient du OUI primordial que le Créateur a prononcé sur le mystère de sa personne et de son existence. Etre béni par Dieu, c’est être rempli du OUI divin, c’est être pétri de ce Oui, de cet Amen sans repentance, sans regret, sans rien de négatif. Et c’est donc à son tour être capable de prononcer le oui qui fait que l’on s’ouvre à l’aventure, à tous les risques, mais aussi à toutes les joies de la vie ...
 C’est plus particulièrement être capable de prononcer le oui à l’égard de ceux qui boivent avec nous ... la coupe de l’existence et de la passion de vivre. C’est se mettre soi-même à bénir, à répercuter la première bénédiction, à la multiplier, à l’entrecroiser avec toutes les autres, à la propager autour de nous."
 La bénédiction est donc plus qu’un simple vœu. C’est "la production intime d’une sorte d’énergie qui ne fera jamais rouler nos automobiles ni chauffer nos immeubles, mais qui s’échange et s’accumule pourtant très réellement dans le champ de force de nos relations… une imitation de l’acte créateur ... une irradiation de tendresse pour les êtres auxquels nous l’adressons… un encouragement à aller de l’avant, responsables et libres."
 
 Nous ne pouvons bénir efficacement qu’en nous accordant en profondeur à la volonté bienveillante de Dieu ... et du Christ qui est la bénédiction incarnée.
 Marie est le prototype de notre humanité, comblée de bénédiction et capable de bénédiction ...
En la disant bénie de Dieu, nous apprenons d’elle à trouver les accents, les inflexions, le ton juste des bénédictions que nous devrions prononcer les uns à l’égard des autres ... "
 
Rameau d’Olivier ???
 
Qui donc est notre "Olivier", auteur de ces homélies prononcées en 2005 /2006 ?
Voilà la réponse :
Au décès de notre chapelain l’abbé Joseph Barré, le Père Olivier THEON vint spontanément le remplacer pour célébrer la messe quotidienne en la chapelle du monastère. Une de nos sœurs, sœur Yvonne-Marthe, était presque sourde depuis son enfance et nous lui faisions de petits résumés écrits des homélies et de nos conversations communautaires. Un jour, notre "Olivier" eut la délicatesse de venir avec deux exemplaires de ses homélies. En passant, il en remettait un à notre sœur qui, tout heureuse, lisait ces paroles en même temps que nous les entendions - et jamais avant !!!- et nous partagions sa joie !
Vous connaissez le Ps 91 au verset 15 : "...vieillissant, il fructifie encore, il garde sa sève et sa verdeur". Notre Père Théon est "comme un arbre planté près d’un ruisseau... son feuillage reste vert" comme "rameau d’Olivier."
Voilà, vous avez tout compris ! Les homélies du Père Olivier Théon n’ont pas vieilli non plus... Nous les avons conservées afin qu’elles continuent à porter du fruit. Elles gardent leur sève et leur verdeur, pour annoncer le Seigneur ! et nous voulons vous les partager. MERCI, PERE OLIVIER. 
Clarisses Alençon